Analyse par André GORINS
TESTOSTERONE ENDOGENE ET RISQUE D'ACCIDENTS CORONARIENS CHEZ LES FEMMES AGEES
LAUGHLIN GA. ,Goodel V., Barrett-Connor E. J Clin Endocrinol Metab 2010,95,740-7.

Extremes of endogenous testosterone are associated with increased risk of incident coronary events in older women.
Laughlin GA, Goodell V, Barrett-Connor E.  J Clin Endocrinol Metab 2010, 95(2):740-7.

Consulter sur Pubmed

Quel rôle peut jouer la testostérone endogène (T) dans le risque d'accidents coronariens chez les femmes âgées? On ne sait si cette publication de San Diego, Université de Californie,USA, y répond vraiment.
Les Auteurs ont testé l'association des taux de la testostérone totale (tT)et de la T biodisponible (BioT) en une étude prospective d'une population de 639 femmes post-ménopausées, âgées de 50 à  91 ans (moyenne 73,8) avec mesure de tT et BioT au départ (1984-87); elles ont été suivies jusqu'en 2004 (Rancho Bernardo Study).
Qu'ont-ils observé ? 134 accidents coronariens :45 Infarctus du myocarde (IM) non mortels,79 IM mortels,10 revascularisation coronarienne, au cours d'un suivi moyen de 12,3 ans.
Les estimations du risque coronarien, aprés ajustement selon l'âge, étaient semblables pour les 4 quintiles les plus élevés de tT, comparés au quintile le plus bas de tT (< 80 pg/ml), suggérant qu'un seuil bas était associé â  une augmentation du risque d'accident coronarien : 1,62 (IC 1,10-2,35).
Quant â  la BioT, elle montrait une association en forme de U. Après ajustement selon l'âge, les quintiles le plus bas et le plus haut par rapport au 3ème quintile étaient â  1,79 (IC 1,03-3,16) et 1,96 (IC 1,13-3,41) respectivement.
Les ajustements complémentaires tenant compte du style de vie, de l'adiposité, de l'estradiol et du statut ovarien n'ont eu qu'une influence minime sur les résultats.
Commentaires
Ces résultats, bien que non contestables (sauf erreurs techniques) sont assez surprenants. Finalement, il existerait une zone de sécurité de la T en deçà  et au-delà  de laquelle le risque coronarien serait accru. Des publications ont déjà  accusé la baisse de T dans le risque vasculaire (1,2), alors que d'autres incriminent l'excès de T (3).
En admettant les données ici présentées, on constate une distorsion entre tT et BioT, portant en particulier sur les taux élevés. Acceptons donc ces résultats assez bizarres et abstenons-nous de toute explication tendancieuse, sinon fumeuse!
En dernier lieu, on est en droit de se questionner : qu'est-ce qui, en la matière, est le plus fiable, tT ou BioT ?

BIBLIOGRAPHIE
(1) Ouyang P.,Vaidya D.,Dobs A. et al. Sex hormone levels and subclinical atherosclerosis in postmenopausal women :the Multi-Ethnic study of atherosclerosis. Atherosclerosis, 2009, 204, 255-61. Retour
(2) Halk AE.,Witteman JC.,de Jong FH. et al. Low levels of endogenous androgens increase the risk of atherosclerosis in elderly men: the Rotterdam study. J.Clin.Endocrinol.Metab.2002,87,3632-9. Retour
(3)Patel SM.,Ratcliffe SJ.,Reilly MP. et al. Higher serum testosterone concentrations in older women is associated with insulin-resistance, metabolic syndrome, and cardiovascular disease. J.Clin.Endocrinol.Metab.2009,94,4776-84Retour