Analyse par André GORINS
Le syndrome métabolique et ses traits en tant que facteurs de risque pour l’athérosclérose subclinique. 
Holewijn S, den Heijer M, Swinkels DW, Stalenhoef AF, de Graaf J.  J Clin Endocrinol Metab. 2009 Aug;94(8):2893-9

The metabolic syndrome and its traits as risk factors for subclinical atherosclerosis.
Holewijn S, den Heijer M, Swinkels DW, Stalenhoef AF, de Graaf J. J Clin Endocrinol Metab. 2009 Aug;94(8):2893-9.

Consulter sur Pubmed

Le Syndrome Métabolique (SM) représente un ensemble de risques cardio-vasculaires pour un individu. La définition du SM est difficile, ses limites relativement floues :
-Obésité : BMI > 30 Kg /m2 .
-Obésité abdominale : tour de taille > 88 cm chez la femme, > 102 cm chez l’homme
-Dyslipémie athérogène Triglycérides > 1,7 mmol./l
HDLc bas < 1,2 mmol./l pour la femme
-Glycémie à jeun > 5,6 mmol./l
-Hypertension Max >140 mm/Hg
Min > 90 mm/Hg
Cette première définition de la WHO, dont il faut au moins 3 critères sur les 5 pour affirmer le SM, a subi certaines modifications que nous ne pouvons détailler ici.
Le SM est sous-tendu par l’hyperinsulinisme. Il expose à des accidents cardio-vasculaires.
Les auteurs de cette étude hollandaise qui porte sur une population de 1517 participants, âgés de 50 à 70 ans (Nijmegen Biomedical Study) ont entrepris une batterie de tests non invasifs, sous le terme de NIMA, pour mesurer le risque athérogénique, non visible cliniquement, du SM.
La Pulse Wave Velocity (PWV), l’Index d’Augmentation (Aix) reflètent la rigidité artérielle
L’épaisseur intima-media (IMT) mesurée aux carotides, est un marqueur bien connu de l’athérosclérose; l’Index cheville-bras (ABI) qui mesure indirectement l’athérosclérose dans la circulation périphérique.
LES RESULTATS :La prévalence du SM a été de 29,6% chez les hommes et de 27% chez les femmes
Les hommes et les femmes atteints de SM avaient un ABI plus bas après repos et après exercice, des artères plus rigides exprimées par un PWV et par un Aix plus élevés, un IMT augmenté avec des plaques plus épaisses en comparaison du Groupe de Référence (composé de participants n’ayant aucun trait des diverses définitions du SM).
L’ensemble des données chiffrées pourra être retrouvé dans l’Article (Voir notamment les Tables 2 à 4).
Mais ce qui apparaît très intéressant, tant pour les hommes que pour les femmes, c’est que tous les tests NIMA se détériorent graduellement avec l’augmentation du nombre de traits du SM.
Ainsi les signes subcliniques d’athérosclérose étaient évidents quand 3 composants étaient présents. Mais on observait une augmentation encore plus nette lorsqu’on notait la présence de 4 ou 5 traits du SM.
Cependant, les sujets ne présentant qu’un ou deux traits montraient déjà la présence subclinique d’athérosclérose.
Ainsi, il apparaît plus important d’identifier les traits individuels que le nombre de traits présents, pour chaque personne, du SM, plutôt que de diagnostiquer le SM.
Démonstrations avaient déjà été faites sur de plus petits échantillons de population (1,2,3).
Toutefois, des données prospectives sont nécessaires pour déterminer la valeur prédictive de NIMA en termes de risque cardio-vasculaire.
Les conclusions, au plan thérapeutique, apparaissent évidentes, et, notamment, il faut souligner l’importance de tenter de faire régresser, pour un individu donné, en nombre, le NIMA…Ce qui devrait théoriquement aboutir à une meilleure protection vis-à-vis d’éventuels accidents cardio-vasculaires.

BIBLIOGRAPHIE
(1)Maple-Brown LJ.,Piers IS., O’Rourke MF. et al. Increased arterial stiffness in remote indigenous Australians with high risk of cardiovascular disease. J.Hypertens. 2007,25,585-11.
(2)Spila K.,Koivistoinen T.,Moilanen I. et al. Metabolic syndrome and arterial stiffness :The health 2000 Survey.Metabolism 2007,56,320-6.
(3)Maple-Brown L.,Cunningham J.,Clermajer DS. et al. Increased carotid intima-media thickness in remote and urban Indigenous Australians :Impact of diabetes and components of the metabolic syndrome. Clin .Endocrinol. (Oxf) 2007,66,419-25.