Articles Analyses Etudes Enquêtes

Le DENOSUMAB

Au cours du remodelage osseux, l’ostéoblaste active l’ostéoclaste en sécrétant une protéine : le RANK Ligand (RANKL). Le RANKL se fixe sur un récepteur membranaire spécifique, RANK, situé sur l’ostéoclaste. Cette liaison entraîne des réactions cellulaires aboutissant à l’activation et la différenciation des ostéoclastes et ainsi à la résorption osseuse.  

Le dénosumab est un anticorps monoclonal qui neutralise spécifiquement le RANKL et l’empêche d’activer RANK et de stimuler les ostéoclastes. Le dénosumab agit de façon rapide, durable et importante sur le remodelage osseux. Il s’utilise de façon pratique par une injection sous-cutanée semestrielle de 60 mg.

Les premières études ont rapporté les effets du dénosumab sur la DMO et les marqueurs du remodelage osseux (1). Il fallait en démontrer les bénéfices cliniques sur l’épargne fracturaire, ce qui a été fait avec l’étude FREEDOM (Fracture Reduction Evaluation of Denosumab in Osteoporosis Every 6 Months). Cette étude a enrôlé 7.868 femmes de 60 à 90 ans, ostéoporotiques avec une DMO inférieure à – 2,5 au rachis ou au fémur. Les sujets ont reçu 60 mg de dénosumab ou un placebo tous les 6 mois pendant 3 ans. Comparativement au placebo, le dénosumab a réduit le risque de fractures vertébrales de 68%, le risque de fracture du fémur de 40% et le risque de fractures non vertébrales de 20% (2).

 

Dans l’étude FREEDOM, on a analysé les résultats concernant les femmes à haut risque fracturaire, ayant présenté des fractures vertébrales prévalentes : dénosumab réduit le risque de nouvelle fracture à 7,5% contre 16,6% dans le groupe placebo. De même, le risque fracturaire est réduit chez les femmes de plus de 75 ans et chez celles présentant un T score au col fémoral inférieur à 2,5 DS. Les auteurs concluent que le dénosumab possède une efficacité anti-fracturaire chez les patientes présentant des degrés variés de risque de fracture (3) 

 

REFERENCES

1 - Mc Klung MR, Lewiecki EM, Cohen SB et al.
Denosumab on postmenopausal women with low bone mineral density.
N Engl J Med 2008;354 :821-31

 2 -Cummings SR, San Martin J, Mc Clung MR et al.
Denosumab for prevention of fractures in postmenopausal women with osteoporosis
N Engl J Med 2009;361

 3 - Boonen S, Adachi JD, Man Z, et al.
Treatment with denosumab reduces the incidence of new vertebral and hip fractures in postmenopausal women at high risk.
J Clin Endocrinol Metab 2011; in press.