Articles Analyses Etudes Enquêtes

Risque D’AVC sous THS : voie trans-dermique versus voie orale

En 2010, une étude cas-contrôle, publiée dans le British Medical Journal par C.Renous et collaborateurs, a comparé le risque d’accident vasculaire cérébral sous THS par voie orale et par voie trans-dermique. 400 médecins généralistes britanniques ont contribué à cette enquête de 1987 à 2006. Pendant cette période chez les femmes de 50 à 79 ans, il a été recensé 15.710 cas d’AVC sous THS comparés à 59.958 contrôles.   
Dans la cohorte, le taux d’AVC est de 2,85 pour mille par an. Dans cette étude, le risque pour les femmes sous THS trans-dermique est de 0,95 (IC : 0,75-1,20). Le risque n’est pas augmenté pour les timbres faiblement dosés (0,81 avec IC : 0,62-1,05) alors qu’il est augmenté pour les timbres fortement dosés (1,89 avec IC : 1,15-3,11). Concernant les THS par voie orale, le risque d’AVC est augmenté que le timbre soit à faible ou à forte doses (1,28 avec IC : 1,15-1,42).
Les auteurs concluent que le risque d’AVC n’est pas augmenté sous THS lorsque l’on emploie un estrogène par voie trans-dermique délivrant moins de ou 50 mcg d’estradiol par 24H

REFERENCE

Renoux C, Dell'aniello S, Garbe E, et al.
Transdermal and oral hormone replacement therapy and the risk of stroke: a nested case-control study.
Bmj 2010;340:c2519.